Antares

Le concept

L’ Antares est une représentation visuelle d’un concept d’avion basé sur le projet Amelia de la NASA. La plupart des dimensions et des éléments sont différents, mais l’esprit du concept proposé par le groupe Amelia demeure.

Origine de l’idée

Pour moi , l’inspiration vient de nombreuses sources, dont la lecture de magazines. L’été dernier, j’ai lu un article dans la revue Popular Science «The Future of Flight». Il était question d’un nouveau modèle de jet régional envisagé par une équipe de la California Polytechnic State University. Leur projet, nommé Amelia a été développé en partenariat avec la NASA, et il regroupe trois principes aéronautiques qui sont normalement en contradiction. J’ai bien aimé les idées proposées par ce projet et je voulais voir à quoi ressemblerait cet avion en utilisant une partie de l’ADN de la C-Series ainsi qu’en modélisant tous les éléments.

Fonctionnement

L’Antares ressemble à un avion normal, mais il possède une aile très large positionnée au-dessus du fuselage de façon similaire au Q400 de Bombardier. Il serait équipé de deux turboréacteurs de Pratt & Whitney Canada montés sur le dessus et à l’avant de l’aile surdimensionnée. Dans les années 1970, la NASA a modifié un De Havilland C -8A Buffalo pour voir comment se comporterait un avion avec les moteurs montés dans cette position. Ce prototype STOL (Short Take-Off and Landing) nommé QSRA semblait bien fonctionner. Vous pouvez d’ailleurs regarder une vidéo sur YouTube, où l’on peut voir le QSRA atterrir sur un porte-avions. Le Boeing YC- 14 épouse une configuration similaire (voir la vidéo).

Positionner le moteur sur le dessus et à l’avant de l’aile pourrait générer cinq à dix fois plus de portance que sur un avion conventionnel. Cela pourrait également aider à réduire le bruit de 30 décibels ou plus, ce qui est un atout majeur pour l’ industrie du transport aérien. De toute évidence, l’entretien pré-vol et l’accessibilité aux turboréacteurs seraient un défi pour les équipes d’entretien.

À quoi ça sert?

L’Antares pourrait atterrir et décoller sur des pistes très courtes (3 000 pieds). Il pourrait donc desservir les aéroports de plus petite taille ou moins accessibles et intéresser un nouveau marché comme le Jet Regional de Canadair en 1992. L’ augmentation de la portance et des performances pourraient également signifier, à moyen terme, un coût par siège réduit pour l’ industrie du transport aérien. Si vous avez suivi le développement de la C-SERIES, vous savez qu’il faut beaucoup de temps et d’argent pour développer un nouvel avion. Il faut également beaucoup de soutien politique et corporatif parce que les risques sont très élevés, surtout si vous développez un tout nouveau produit.

Selon moi, un tel projet devrait être développé en partenariat avec un grand pays. La Chine a le capital nécessaire pour financer des projets de cette ampleur. Elle s’intéresse beaucoup à l’industrie aéronautique. De plus, elle a démontré par le passé qu’elle peut autoriser, déployer et soutenir des projets de cette envergure. Mais, surtout, il y a plus de 170 villes en Chine dont la population dépasse un million d’habitants. Donc il y a un bon potentiel de marché.

Remerciements

Je remercie l’équipe Amelia et la Nasa pour leur travail et leur inspiration. Je tiens surtout à remercier Robin Ritter, qui a créé les images fantastiques du concept Antares et qui a mis les bouchées doubles pour vérifier certains éléments de design importants. Robin travaille à Stuttgart, en Allemagne. Il a également travaillé auparavant chez Porsche et Eurocopter.