Argentic

Le concept

L’Argentic est un concept d’avion à effet de sol multi-missions. En fait, il est classé officiellement comme un navire maritime ou un ‘navion‘ (navire avion), car il plane très près de l’eau. C’est un concept qui s’apparente au Nunavik, créé en février 2014 .

Origine de l’idée

Je pense qu’il serait bon d’explorer et de développer ce type de technologie, car ce type d’avion pourrait être utilisé pour effectuer de la surveillance côtière et transporter des passagers ou de la marchandise. Les avions à effet de sol existent depuis un certain temps déjà (voir la vidéo), et le fait qu’ils consomment la moitié du carburant des avions de taille similaire est un argument de taille. De plus, la précision et la fiabilité des systèmes de vol actuels réduit grandement le risque d’accident par rapport aux technologies d’il y a cinquante ans (pilotes automatiques, navigation par satellite, etc.).

Fonctionnement

L’Argentic serait conçu et construit pour se poser sur l’eau ou sur une piste. Ce  serait un avion amphibie, comme le CL-415 de Bombardier, avec des roues arrière qui pourraient se déployer latéralement. La majeure partie de son fuselage serait fabriqué à partir de matériaux composites afin de réduire le poids de l’aéronef. La soute, d’une longueur de 14 mètres, devrait être assez grande pour contenir deux camionnettes ou deux largeurs de conteneurs de type LD3 (estimation de la taille de la soute : douze pieds de largeur par sept pieds de hauteur). Le porte d’entrée de la soute serait située à l’avant et elle servirait de rampe. L’Argentic serait équipé de deux moteurs turbopropulseurs PW150 capables de produire un minimum de 1600 chevaux chacun. Il serait muni d’hélices en composite ressemblant à celles de l’Airbus 400M (scimitar propellers). La puissance des moteurs pourrait être augmentée en fonction de la charge requise par l’opérateur.

L’Argentic est un véhicule à effet de sol, qui pourrait donc volerait à environ six mètres au-dessus de la surface de l’eau. Il pourrait également voler au-dessus des rivières, des lacs, des déserts, de la toundra et des étendues de glace. Il aurait probablement une vitesse de croisière de 100 nœuds bien qu’il puisse être conçu pour voler beaucoup plus vite si nécessaire. Remarquez que les turbopropulseurs PW150 couvrent une gamme entre 1 800 cv et 5 000 cv. Évidemment, l’appareil serait muni d’un système de navigation par GPS et de guidage par laser combinés à un ordinateur de vol qui optimiserait les conditions de vol. Le pilote automatique pourrait d’ailleurs faire décoller et atterrir l’avion sans intervention humaine.

Comme la plupart de mes concepts, ce concept est une idée préliminaire qui existe pour qu’on en discute. Si un groupe ou une entreprise s’intéresse au développement d’un avion à effet de sol de taille intermédiaire capable de transporter deux fois la cargaison d’un avion de taille similaire (ou d’utiliser la moitié du carburant), eh bien cela m’intéresse aussi. La première question à se poser (hormis la faisabilité) est : quelle est la taille du marché pour un tel appareil? Un tel projet pourrait trouver preneur auprès des gouvernements de pays qui ont de très longues côtes, de longues rivières et de grands lacs (Canada, États-Unis, Russie, Australie).

Le dessinateur industriel

Je remercie Ray Mattison, du cabinet Design Eye-Q, qui a créé les images impressionnantes de l’Argentic. Ray travaille près de Duluth, au Minnesota (États-Unis). Il a étudié au College for Creative Studies et il a travaillé auparavant pour Cirrus Aircraft et Exodus Machines. J’ai demandé à Ray d’utiliser les couleurs de la Garde côtière du Canada pour donner un aspect plus réaliste au concept. Le titre provient de l’Argentavis, qui est le plus grand oiseau volant jamais découvert.