Gemini

Le concept

Le Gemini est un bus électrique sans conducteur à deux étages, conçu pour rouler sur une piste en béton surélevée aussi bien que dans les rues existantes des villes. Il est équipé de quatre moteurs-roues et il est capable d’orienter ses quatre roues pour plus de maniabilité. Le Gemini peut accueillir 30 passagers et il peut se recharger en roulant sur sa piste modulaire élevée (spécialement construites pour lui), installée au milieu des boulevards de la ville.

Origine de l’idée

En 1985, une des divisions de Bombardier appelée «BN» a développé un système de transit intéressant appelé Guided Light Transport (GLT). Ce véhicule ressemblait à un tramway sur pneus (un peu comme le métro de Montréal) et il utilisait un système de guidage en surface. En fonctionnement normal, il s’alimentait à de l’électricité provenant d’un caténaire à l’aide de son pantographe. La principale différence avec un tram normal était qu’il était monté sur des pneus en caoutchouc et non pas sur des rails. Le GLT pouvait également fonctionner sans guidage par rail et quitter sa voie grâce à des moteurs diesel auxiliaires.

Le projet du GLT m’a donné des idées pour le Gemini, qui est un bus à double niveau, comme les fameux ‘double deckers‘ de Londres. Le Gemini utiliserait une voie réservée en béton surélevée (électrifiée par induction) et il pourrait également quitter sa voie réservée pour rouler dans les rues de la ville à l’aide de batteries lithium-air.

Fonctionnement

Le Gemini serait doté de grandes fenêtres panoramiques. Si vous devez prendre le bus chaque jour de la semaine, pourquoi ne pas profiter de la vue et y trouver une inspiration avant d’aller travailler? C’est surtout moins déprimant que d’être assis dans un bus avec de petites fenêtres. Le Gemini pourrait accueillir 30 passagers, dont trois en fauteuil roulant. Il circulerait sur de nouvelles voies surélevées, construites au milieu des boulevards urbains. Ces nouvelles routes surélevées, construites à partir de sections modulaires en béton, ne réduiraient pas la largeur des voies existantes, car elles seraient assez hautes pour laisser passer le trafic en dessous. Cette voie spéciale servirait également pour l’éclairage, pour les communications et pour le transport de l’électricité. Ce qui est important surtout, c’est que cette voie comprendrait les bornes d’induction qui permettraient de recharger le Gemini en mouvement.

Le Gemini serait muni de quatre roues motrices directionnelles. Il serait en mesure de quitter la piste et de rouler dans les rues en utilisant l’énergie stockée dans ses batteries. Grâce à ses moteurs électriques, le Gemini serait silencieux et respectueux de l’environnement. Il pourrait également modifier son trajet pour venir vous chercher dans une rue située à proximité (comme le concept Otobuxi). Il disposerait également de radars et de coussins gonflables externes pour les piétons afin de limiter les blessures en cas d’accident. Ce serait un nouveau type de véhicule qui comblerait l’écart entre le métro et le bus.

À quoi ça sert?

À mon avis, il est temps de déployer des bus électriques dans nos villes. Ces nouveaux autobus auront besoin de se recharger, et je pense que le système de charge par induction comme celui proposé par PRIMOVE est une excellente façon de compléter l’offre. La construction d’une voie élevée au milieu des boulevards existants nous éviterait de bloquer les voies existantes. Ce serait une bonne façon d’installer les systèmes de recharge par induction sans modifier ou perturber les infrastructures existantes. Il serait également possible de compenser le coût de l’installation du système en partageant les coûts avec les entreprises de services publics et à l’aide de panneaux publicitaires.

Le dessinateur industriel

Je remercie Xavier Gordillo, qui a créé les images du concept Gemini. Xavier a étudié le design de voiture à l’Institut de Design européen (IED) et il travaille présentement comme dessinateur industriel indépendant.