Aladin

Le concept

L’Aladin est un système de transport en commun électrique intermodal permettant de déplacer des véhicules existants (donc à combustion) à travers des zones entièrement électriques. Par exemple, les autobus de banlieue servant au transport en commun pourraient emprunter le système Aladin pour traverser un fleuve et/ou traverser un centre-Ville là où seuls les véhicules électriques sont admis.

Origine de l’idée

De plus en plus de villes jonglent avec l’idée d’adopter des règles plus sévères en ce qui a trait à la pollution et au bruit. De plus, la congestion des voies rapides et des ponts est également un sujet d’actualité. Il existe plusieurs approches possibles pour faire face à ces problèmes, et l’Aladin en est une qui comporte des avantages et des inconvénients. Un des avantages est la flexibilité de pouvoir emprunter l’Aladin avec n’importe quel type de véhicule à combustion (autobus, taxi, voiture, camion léger) sans avoir à débarquer les passagers ou la marchandise. Le désavantage est évidemment le coût du système, qui sera un peu plus cher qu’une voie en béton. Par contre, il pourrait servir de transition entre l’époque des moteurs à combustion et celle des moteurs électriques. Une transition qui devrait prendre des dizaines d’années, compte tenu de la capacité actuelle des batteries et de la vitesse à laquelle les transports dans notre société évoluent.

Fonctionnement

L’Aladin, c’est tout d’abord une infrastructure qui permet de recharger les véhicules par induction. Cette infrastructure pourrait être utilisée par des véhicules électriques et par les plates-formes automatisées Aladin. Ces plate-formes basses seraient munies de deux moteurs-roues et d’une direction contrôlée par ordinateur. Les véhicules embarqueraient sur les plates-formes Aladin par l’entremise de stations intermodales, et, une fois chargé, l’Aladin se dirigerait à la destination demandée par l’utilisateur. L’accès au système, le paiement et la demande de destination désirée s’effectueraient via une application mobile sécurisée. Les plates-formes électriques Aladin se rechargeraient à même des bornes d’induction imbriquées dans le béton.

À quoi ça sert?

Il serait également possible d’ajouter des garde-fous sur les plates-formes et de s’en servir pour faire passer des gens de l’autre côté d’une rivière ou d’une section de la ville avec leurs vélos et leur animaux de compagnie. En fait, l’Aladin pourrait sûrement être utilisé dans plusieurs cas, mais ce qui ressort le plus est sa capacité à recevoir plusieurs types de véhicules et la possibilité d’utiliser sa voie réservée avec des voitures électriques autonomes et de pouvoir les recharger par induction.

Le dessinateur industriel

Je remercie Ray Mattison, de la firme Design Eye-Q, qui a créé les images du concept Aladin. Ray vit près de Duluth (Minnesota), aux États-Unis. Il a étudié au College for Creative Studies et a travaillé pour Cirrus Aircraft et Exodus Machines. J’ai demandé à Ray de représenter l’Aladin sur un pont à deux niveaux afin de réduire l’empreinte au sol. Ray a également conçu les images de l’Argentic.