Sea-drone

Le concept

Le Sea-Drone est un concept de moto marine autonome conçue pour patrouiller dans les eaux de l’Arctique canadien. Elle serait dirigée à partir d’un centre de contrôle et de commande et patrouillerait dans les eaux libres. Ces unités seraient déployées à partir de brise-glace canadiens ou de navires de la Marine canadienne.

Origine de l’idée

Il n’y a pas si longtemps, le Passage du Nord-Ouest canadien est devenu une route viable pour les navires. Ce passage est une route maritime qui traverse l’Océan Arctique, le long de la côte nord du Canada, et il compte plusieurs cours d’eau. Dans l’année à venir, je pense que le Canada aura besoin d’explorer et d’occuper ce territoire isolé, et l’utilisation d’unités spéciales robotiques comme le Sea-Drone serait utile pour réduire les risques et optimaliser (optimiser) les opérations de surveillance.

Fonctionnement

Le Sea-Drone s’inspirerait du modèle de Sea-doo déjà existant comme le RXT-X-260, mais il n’aurait pas de siège ni de direction parce qu’il serait robotisé et fonctionnerait de façon autonome ou serait piloté à distance. Nous avons créé plusieurs versions pour présenter des modèles différents, qui seraient tous équipés d’une caméra marine stabilisée, d’un système de lumière D.E.L. et d’un système d’éclairage actif pour les opérations de nuit.

Les caméras marines enregistreraient des images vidéo provenant d’autres navires et les enverraient à travers le monde par satellite ou par une antenne-relais qui serait montée sur le navire principal. La raison d’être du drone serait de pouvoir identifier les intrus et d’envoyer le flux vidéo vers le centre de commande.

À l’avant de chaque moto marine serait installé un solide crochet de remorquage qui pourrait aussi servir à la hisser hors de l’eau. A l’arrière, il y aurait une connexion système rapide qui serait reliée à un ressort chargé d’une corde de remorquage ou à un treuil électrique. Le Sea-Drone serait donc en mesure de venir en aide à d’autres unités qui seraient en détresse et de les ramener au navire principal ou de remorquer de petits bateaux.

Un matériau plus solide et plus résistant serait utilisé pour la coque et le corps pour rendre le Sea-Drone résistant à l’impact de la glace flottante et aux températures froides. La fibre Kevlar serait un matériau idéal, mais il existe aussi d’autres moyens de renforcer la coque. Le modèle SD-44 (voir l’image) a été conçu à partir de ces idées, et le modèle SD-88 a été créé avec un souci de présentation. La caméra marine serait installée dans le bas de la coque pour pouvoir empiler les unités les unes sur les autres.

À quoi ça sert?

Le Sea-Drone partirait en mission pour des patrouilles de deux heures et pourrait explorer des canaux et des îles cachés auxquels le navire de commande et de contrôle n’aurait pas accès. Il servirait aussi à décourager les autres navires de s’aventurer dans les eaux restreintes. Le Sea-Drone pourrait également transporter des réservoirs de carburant supplémentaires ou des charges diverses comme des détecteurs de radar, de l’équipement militaire et du matériel de sauvetage.

Le dessinateur industriel

Les plans du Sea-Drone ont été conçus par Matt Betteker, qui travaille dans le Jutland du Sud, au Danemark. Matt a fait ses études au College for Creative Studies et a travaillé comme dessinateur principal pour LEGO.