Sea-bull

Le concept

Le Sea-Bull a été conçu pour créer d’énormes vagues sur ses côtés et servir de plate-forme motorisée pour créer des compétitions de surf dans le monde entier. Il serait équipé de plusieurs caméras 3D et d’un salon VIP, et pourrait accueillir deux motomarines Sea-Doo sur sa plate-forme arrière rétractable.

 

Origine de l’idée

L’automne dernier, je suis allé à la pêche au saumon avec André Paradis, un grand pêcheur et producteur télé qui anime également l’émission de King of the River. Pendant les huit heures de route jusqu’à la rivière Matapédia, nous avons eu le temps d’échanger des idées sur beaucoup de sujets, et André est arrivé avec cette idée de construire un bateau capable de tenir des compétitions de surf sur les océans du monde.

Nous avons commencé à réfléchir sur la possibilité de convertir un remorqueur et rapidement le concept a commencé à prendre forme. Bien sûr, le véritable travail a été fait par Adolfo Esquivel, qui a créé les images impressionnantes du Sea-Bull.

 

Fonctionnement

Le Sea-Bull pourrait être fabriqué à partir d’un remorqueur. Ces types de bateaux sont des bêtes de somme, ils sont destinés à tirer, pousser et ils peuvent travailler sans arrêt pendant des heures en continu. Ainsi, nous pourrions utiliser un remorqueur existant et le convertir pour crée le Sea-Bull.

De chaque côté, il y aurait des plaques pour indure des vagues. Le pilote serait capable de soulever et d’incliner ces plaques pour modifier la forme des vagues directement à partir de la cabine. Un mécanisme hydraulique installé sur le côté (près de la coque du bateau) s’acquitterait de cette tâche, et l’ensemble du système pourrait glisser verticalement le long de tubes installés à chaque extrémité. Serait-il préférable de repousser l’eau devant le bateau afin de créer des vagues latérales, ou bien de modifier le flux de l’eau et de créer une dépression dans l’eau ? Plusieurs scénarios doivent être testés. Nous gardons cette partie délibérément imprécise.

Des caméras 3D motorisées filmeraient les surfeurs et des caméras drones pourraient aussi être déployées pour obtenir de meilleurs clichés pris sous différents angles. À l’intérieur du Sea-Bull, il y aurait un studio vidéo qui choisirait le meilleur plan à envoyer en direct aux téléspectateurs installés sur la rive.

Située à l’arrière, l’aire de repos disposerait d’une terrasse en bois de teck avec des supports pour y mettre les planches de surf et des chaises longues pour écouter de la musique et regarder les compétitions. Cette section serait également munie de caméras, de lumières de scène et de hauts parleurs ambiant qui animeraient les compétitions de surf.

Le bateau dispose d’une haute clôture en verre pour éviter que l’eau n’entre à l’intérieur lorsque les vagues sont hautes. Une porte qui coulisserait sur le côté donnerait accès à l’escalier et à une petite plate-forme située au niveau de l’eau afin que les surfeurs puissent lancer leur planche de surf à partir de là.

La plate-forme arrière est conçue pour que le conducteur d’une moto marine puisse garer son véhicule directement sur le Sea-Bull en s’avançant sur la rampe faite de plastique. Cela permettrait membre de l’équipage d’aller chercher les surfeurs tombés à l’eau. Cette plate-forme arrière pourrait aussi se rétracter à l’intérieur de la coque lorsque le bateau se déplace afin de réduire la traînée.

 

À quoi ça sert ?

Le Sea-Bull servirait à créer des compétitions de surf partout dans le monde. Pensez à Dubaï, Maui, Ibiza, Miami, Monaco, etc.. Il pourrait visiter les grandes villes durant l’été et également créer des marathons de surf comme faire la traversée de la manche sur une planche de surf. Bien sûr, il faudrait des commanditaires majeurs pour financer la création de ce véhicule et avoir une chaine spécialisée pour acheter les droits de télévision pour suivre ces évènements.

 

Le concepteur

Je tiens à remercier Adolfo Esquivel qui a créé les images du Sea-Bull. Adolfo vit en Colombie. Il a étudié à la Haas School of Business (University of California, Berkeley) et travaille comme designer industriel senior pour Geico Design.