Sfear Mountain

Le concept

Le Sfear Mountain est une innovation en ce qui a trait aux manèges de parc d’attractions, un heureux mélange entre l’accélération électromagnétique, la propulsion, la chute libre et les sauts dans l’eau.

Le contexte

L’exaltation que procurent les montagnes russes provient toujours des sensations fortes ressenties au moment où l’on file à toute allure sur un parcours tortueux dans une voiture ouverte qui nous projette dans une série de montées, de descentes, de virages brusques et de boucles.  Les montagnes russes traditionnelles utilisent une combinaison d’énergie potentielle et d’énergie cinétique afin de lancer le train et ses occupants sur les rails et de conserver l’élan.

Mais qu’adviendrait-il s’il n’y avait aucune friction, s’il n’y avait ni rails, ni roues, si les wagons étaient propulsés par des électroaimants? Ce sont ces questions même qui ont  fait jaillir le concept du Sfear Mountain.

Comment ça fonctionne

Le Sfear Mountain évoque les boules d’acier qui se déplacent de façon imprévisible dans tous les sens sur les rails et les chutes des machines à boules (pinball). La voiture ouverte (que l’on retrouve normalement sur une montagne russe)  serait remplacée par une sphère pouvant accueillir trois passagers, tous attachés de façon sécuritaire dans un siège muni d’une barre de retenue à mouvement vertical rembourré semblable à celles utilisées dans les montagnes russes traditionnelles. Les passagers feraient face au centre de la sphère et aucun siège ne serait positionné de façon à obstruer le point de vue de l’un ou l’autre des passagers.

La technologie gyroscopique permettrait à la sphère de se déplacer librement tout en permettant d’atteindre des niveaux d’action et d’exaltation élevés.  La sphère évoluerait sans contrainte et les passagers ne seraient exposés à des niveaux de force g raisonnables.

La coquille de la sphère contiendrait des bandes de super-aimants stratégiquement positionnés correspondant à la disposition des sièges afin de limiter toute obstruction visuelle.  Les aimants constitueraient l’élément clé du lancement, du soulèvement et du ralentissement de la sphère lors de son trajet sur la piste.

La piste, similaire à une glissade de parc aquatique, serait conçue à partir d’un ensemble varié de parois plus ou moins élevées, de tubes fermés et de portions entièrement ouvertes selon l’action ou l’effet recherché.  Des mesures strictes seraient prises afin de garantir la trajectoire sécuritaire de la sphère et de réduire les risques de sortie à néant.

Le lancement sur la piste s’effectuerait comme dans une machine à boule en catapultant la sphère comme un jet se détache d’un porte-avions. Les aimants disposés sur la piste propulseraient la sphère en ligne droite sur une courte distance, à une vitesse effroyable, mais sécuritaire pour ensuite aboutir sur une montée en spirale à trois niveaux tout en continuant à gagner en vélocité.

Au sommet de la spirale, la sphère serait soulevée dans une tour verticale d’où elle s’échapperait, en chute libre, dans un entonnoir illuminé du côté opposé. Tels des freins pneumatique, les aimants ralentiraient la vitesse de la sphère avant qu’elle n’entreprenne une plongée souterraine de laquelle elle serait à nouveau catapultée.

Tout en haut d’une passerelle, la sphère abandonnerait temporairement la piste en plongeant dans un bassin d’eau ou dans un second entonnoir encore plus large que le précédent.  La sphère s’en échapperait par un trou central. Cette chute constituerait l’attrait clé du manège, commercialisé comme étant « l’ultime expérience des manèges extrêmes. »

Le système de propulsion magnétique se traduirait par la capacité d’expédier la sphère au même endroit, au même rythme, avec précision et constance, maintes et maintes fois. Le trajet se terminerait par une boucle afin de s’arrêter là ou les prochains passagers embarqueront.

La sphère est conçue pour avoir un diamètre de 1,9 mètre. Pour ce qui est de la piste, la plus grande partie serait tubulaire et comprendrait des sections ouvertes  concaves nécessaires au maintien de la sphère.  La piste comporterait divers rails magnétiques qui entraineraient la sphère en assurant la trajectoire prescrite et une vitesse optimale. En cas d’urgence, les super-aimants serviraient à ralentir et immobiliser la sphère de façon sécuritaire.

Marché potentiel

Ce concept constitue une étape importante en ce qui concerne l’évolution des montagnes russes. Il marquerait le début d’une ère nouvelle.  La douceur et la vitesse incroyable, alliées aux effets de vol, de chute libre, de virage et de boucle dans les airs, sous terre et dans l’eau procureraient aux passagers en soif d’émotions fortes, une expérience qu’ils croyaient absolument inconcevable.

Le Designer Industriel

Les images du concept Sfear Moutain ont été rendus possible grâce à la participation d’Adolfo Esquivel  Ce dernier détient un diplôme en design industriel de la Colombie; ainsi qu’un diplôme d’études supérieures spécialisées de l’école de design de l’UQAM. Soulignons qu’Adolfo a aussi créé les designs du sous-marin tout-terrain Libelule et du bateau de surf Sea-Bull.

 

SHARE