Blue Edge

Le concept

Le Blue Edge est un concept d’avion hypersonique qui volerait à 125 000 pieds d’altitude à Mach 10. Il pourrait transporter 220 passagers du Royaume-Uni en Australie en 90 minutes avec de l’hydrogène comme source de carburant vert ; il pourrait également être utilisé comme avion-cargo ultra-rapide.

Origine du concept

Le concept Blue Edge a été soumis au concours d’innovation de l’OACI par Drew Blair. Le nom vient de la capacité de l’avion à voler à la limite de l’espace. À cette hauteur, on peut observer toute la courbure de notre « planète bleue ». Cet avion fendrait la troposphère comme un rasoir.

Comment ça fonctionne

La base du Blue Edge repose sur un avion à aile fixe qui peut se rendre directement en orbite. D’un point de vue technique, les moteurs utilisés dans le Blue Edge suffisent à pousser un fusée de type Falcon 9 en orbite. Pour les vols commerciaux, cela signifie une régulation beaucoup plus faible, ce qui est plus efficace et génère moins de stress sur les scramjets à des vitesses hypersonique.

Le Blue Edge peut voler à 7000 km/h à une altitude de 125 000 pieds, soit le double de l’altitude du Concorde. Les vols à cette hauteur sont totalement inconnus, mais en utilisant des matériaux plus légers, on obtient un poids en fonctionnement nettement inférieur, ce qui permet de voler à la limite de l’espace. Le Blue Edge réduit également le poids grâce à une enveloppe d’atterrissage plus légère. À 120 nœuds, cela représente 15 nœuds de moins qu’un Boeing 737.

À Mach 8-10 et avec un rayon d’action de plus de 10 000 km, l’avion pourrait se trouver de l’autre côté de la planète en 90 minutes ou moins. Ceci est pratique non seulement pour les voyages d’affaires, mais aussi lorsqu’il y a des désastres naturels. Le Blue Edge sera en mesure de transporter les personnes à l’écart des zones dangereuses en quelques minutes ou d’acheminer plus rapidement des secours.

En raison de ses 93 pieds d’envergure, le Blue Edge peut également accéder aux portes d’embarquement régionales, plutôt que de compter sur des portes d’embarquement plus grandes comme celles requises par les appareils 777, 787 ou A350.

En subsonique, le Blue Edge peut naviguer juste en dessous de Mach 1, donc pour les vols régionaux, au lieu de naviguer à Mach 0,79 comme un Boeing 737 ou un A320, le Blue Edge pourrait naviguer à Mach 0,95-0,99, ce qui entraînerait des vols régionaux plus rapides de 20 %. Cela se traduit également par des coûts d’exploitation inférieurs à ceux d’un 737, tout en offrant une capacité de passagers beaucoup plus grande. Les compagnies aériennes pourraient doubler leurs revenus nets en utilisant le Blue Edge par rapport à Boeing et Airbus.

Le Blue Edge pourrait également être adapté pour transporter du cargo avec une capacité de charge approximativement identique à celle d’un UPS 757, tout en permettant une livraison des articles beaucoup plus rapidement. Cela pourrait créer une nouvelle classe d’expédition ultra-rapide.

L’inversion de poussée n’est pas nécessaire dans ce modèle car l’engrenage principal utilise des freins à tension de charge (similaires aux locomotives de train), qui inversent la polarité. Cela offre une capacité de freinage rapide sans possibilité de s’enflammer.

Ravitaillement

La première expérience de jet brulant de l’hydrogène était la B57 dans les années 50. L’avion volait bien, mais ses besoins en carburant ont été jugés inacceptables. Blue Edge accepte 473 176 litres via une technologie de réservoir conforme, permettant ainsi des déplacements plus lointains et plus économiques.

Il utilise un carburant à base d’hydrogène, considéré comme un « carburant vert », son seul srésidu étant de l’eau – il a donc une empreinte carbone de 0. Les turbines peuvent fonctionner à l’hydrogène – leur puissance nette de poussée ressemble davantage à une post-combustion. La source d’hydrogène sera produite par l’électrolyse de l’eau au sol et à l’énergie solaire.

Marché potentiel

Uniquement sur la base des coûts et de temps de vol, Blue Edge propose une méthode de voyage commercial plus économique. Couplé à l’utilisation de l’hydrogène, il finira par modifier les besoins en énergie à l’échelle mondiale, ce qui entraînera une réduction massive des hydrocarbures. Cela, permettra de ralentir le réchauffement de la planète et de réduire la pollution afin de préserver notre monde pour les générations futures.

Reconnaissance

Je voudrais remercier Drew Blair d’avoir créé et collaboré avec nous sur son nouveau concept d’avion. Pour en savoir plus, visitez le site Internet de Blue Edge. J’aimerais également remercier Martin Rico pour la création des images. Martin a étudié le design à l’Université de Buenos Aires et travaille en tant que designer industriel pour l’OACI. Si vous souhaitez soumettre une idée en lien avec l’avenir de l’aviation, nous vous invitons à consulter le site Internet de l’OACI sur l’avenir de l’aviation.